Stage #3

Fin de mon troisième stage. Une classe de CE1. Des élèves très sympathiques, et, comme dans toutes les classes, des élèves très attachants.
Au départ, j’ai été un peu sous le choc de voir que j’étais dans l’école de mon formateur. Peur de me sentir épiée. Mais finalement ça a été.

Avec ce stage, j’ai découvert le doux monde des sorties scolaires. J’en ai eu une la première semaine, et une la 2e semaine, sans compter la séance hebdomadaire de natation à la piscine.
Au départ, tu es contente! Tu te dis que ça te fait une journée en moins à préparer; la soirée qui précède, tu es tranquillement chez toi à prendre le temps de vivre, au lieu de préparer les cours du lendemain. Tu avais quand même prévu d’avancer sur la journée suivante, quitte à ne pas déjà la préparer entièrement… mais c’est vraiment trop bon de ne rien faire!
A la fin de la journée, tu changes de discours et tu te demandes si cette journée ne t’a pas plus fatiguée que si tu étais restée gentiment en classe à faire des maths, du français et tout le tralala…
Comprends que les élèves sont tout excités de sortir; pour eux ça a comme un goût de vacances (comme pour toi au départ); il ne faut pas hésiter à se lâcher, à vivre librement! Lors de la première sortie, on a suivi un guide, à la campagne, à la rencontre de conteurs qui attendaient les enfants à différents points. Là encore, ça a été. Le pire du pire, ça a été le déjeuner! Les gens qui nous recevaient avaient pourvu pour la restauration. Naïve, je pensais qu’ils avaient aussi prévu du personnel pour faire manger les enfants (comme à l’école) et que nous, adultes (enseignantes et parents accompagnateurs), pourrions déjeuner en même temps qu’eux… Et ben non!!! On a dû assurer le service, la gestion des enfants pendant qu’ils mangeaient, et le débarrassage! Après quoi, on a pu déjeuner, nous aussi. Mais ça n’est qu’un détail. Le vrai point noir avec les sorties scolaires, c’est l’agitation et le bruit. Au moment du déjeuner, ça a été terrible. Encore après, pendant qu’ils attendaient le petit spectacle qui leur avait été préparé. On a naïvement pensé que le retour en bus d’environ 1h allait un peu les assommer… Que nenni! Ces enfants sont infatigables!! Moi j’aurais bien piqué un somme, tellement j’étais lasse, mais par mesure de sécurité (ils sont quand même sous ma responsabilité, ces petits), je gardais les yeux ouverts (après des clignements d’yeux plus ou moins prolongés).

Outre ces expériences, ce stage m’a permis de mettre au point plusieurs petites choses:

  • On ne demande pas pour aller aux toilettes, ni boire de l’eau au retour des interclasses! « Faites tout ce que vous avez à faire quand vous êtes dehors. A partir du moment où ça sonne et que vous êtes alignés pour entrer en classe, plus question de toilettes ou d’eau!! ». Je me suis laissée avoir la première semaine (malgré le fait que j’avais fini par serrer la vis à mes élèves du stage précédent sur ce sujet). A partir de la deuxième semaine, c’était NO WAY!! Mais les petits malins m’ont testée jusqu’au bout! Jusqu’au dernier jour j’ai eu droit à des « Maîtresse, je peux aller aux toilettes ? », « Maîtresse, je peux boire de l’eau? ». Quand j’étais patiente, je leur faisais remarquer qu’il connaissaient la réponse ; quand j’étais moins patiente, il n’avait droit qu’à un sec « non! ».
  • On s’aligne correctement. Au début de la 3e semaine, j’avais un stylo et un bout de papier à chaque fois qu’ils devaient s’aligner, et j’écrivais le nom de ceux qui discutaient, étaient retournés, ou n’étaient même pas alignés, avec la menace de changer de couleur sur le tableau du comportement. À partir du jeudi, j’ai mis en place mon système même l’après-midi, à la fin de l’école, quand je devais les raccompagner au portail. Parce qu’ils ont essayé de me faire honte plusieurs fois (involontairement, je le conçois), surtout en fin de journée, à s’asseoir sur leurs sacs à roulettes pour avancer ou tout simplement à faire comme s’ils n’avaient pas été habitués à s’aligner depuis la petite section!! Et vas-y que je laisse un kilomètre entre les élèves précédents et moi, et vas-y que je me décale de la file,… Non mais oh!! Vous ne savez pas vous aligner depuis le temps? Je passe pour quoi moi?? J’étais au regret d’utiliser la menace pour qu’ils s’alignent, mais au moins, ça filait à peu près droit.
  • On arrête de se déplacer dans la classe, on arrête de venir à 4-5 devant moi! « Reste à ta place, lève le doigt, je viendrai te voir! » Comment pensez-vous que je puisse gérer autant d’élèves en même temps??? Surtout s’ils essaient de tous me parler en même temps! Voyons!! Le pire c’est que vous dîtes à un élève de s’asseoir, 5 minutes après vous en avez un autre qui vient vous voir. Non mais je parle français ou quoi ????? Et là aussi, j’y ai eu droit jusqu’à la fin.
  • On arrête de rapporter et de parler de quelque chose qui s’est passé si ça ne nous regarde pas! Alors là, j’avais une championne du je-me-mêle-de-ce-qui-me-regarde-et-du-reste-aussi! (à pouvoir réagir à quelque chose qui se passait à l’autre bout de la salle!) Mais ils étaient plusieurs à me faire le coup. « Maîtresse! Tout à l’heure un tel a… », « Ça te concerne? », « Non », « Alors je ne veux rien savoir! ». Bien sûr, certaines choses devaient être dites (et quand c’était important, ils savaient insister pour parler), mais ils avaient cette mauvaise habitude de rapporter des choses pas graves. Et cinq minutes de perdues sur la séance, cinq!!

La chose la plus difficile à gérer pendant ce stage, ça a été le bavardage. Ces enfants étaient vraiment sympas, mais alors… bavards!! Alors on a régulièrement perdu du temps parce que je devais recadrer un peu les choses, récupérer l’attention de tout le monde pour être sûre que mon enseignement ne se fasse pas dans le vent. Parfois je demandais le calme, ils se calmaient… mais ce bruit de stylos, de chaises, de pages tournées… alors qu’ils étaient censés m’écouter, uniquement m’écouter. Insupportable bruit. « J’attends le silence… Vous entendez le bruit que vous faites ? Lâchez tout, fermez les yeux. Ce n’est pas beau le silence? Ce n’est pas mieux pour travailler? »

Mon stage s’est terminé vendredi par une petite fête dans l’après-midi. Chaque classe a fait une petite présentation (chant, danse, sketch) pour clôturer la semaine du bonjour. Je n’ai pas pu dire aurevoir à mes élèves puisqu’on était tous dans la cour et je pensais qu’on retournerait dans la classe après… mais non!! Les parents étaient invités. J’ai couru après une maman à qui je voulais absolument parler parce qu’il s’était passé quelque chose avec son fils pendant la fête. A mon retour dans l’école, je n’avais plus d’élèves!!!! Il était 15h20 (soit la fin de l’école), ils étaient tous allés récupérer leurs sacs dans la salle et étaient partis. J’en ai croisé juste 3 ou 4 quand je suis retournée dans la salle ranger mes affaires. Petite déception. Mon regret sur ce stage.

Mais j’ai vraiment passé un bon stage! Des élèves supers (sans pour autant être des anges!!), des collègues très sympas, des « taties et tontons de cantine » sympas aussi… du bon quoi!
Publicités
Catégories : Histoires de PE | Étiquettes : , , , , , | 2 Commentaires

Navigation des articles

2 réflexions sur “Stage #3

  1. ma fille a une classe de cp ! c est son premier cp ! pas évident je trouve , mais magique grace à elle , les enfants vont apprendre à lire !
    j’ai bien aimé ton billet,

La parole est à toi !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :