Fierté de moi

« Fier d’être noir »… « Noir et fier »…

Aujourd’hui, il y a pas mal de gens qui utilisent ces expressions. Il y a encore quelques jours, je la lisais dans un article. Mon papa m’a sorti, il n’y a pas si longtemps, le fameux « proud to be black » devant un documentaire sur l’apartheid. Je crois qu’il voulait juste faire son intéressant… mais je lui ai répondu « moi non! »

C’est une phrase qui me laisse un peu perplexe…

Alors, c’est vrai qu’aujourd’hui, les expressions « fier d’être … » fleurissent et le nombre de groupes et pages Facebook de cette teneur est non négligeable. Il ne s’agit plus uniquement de la fierté d’être noir! Il faut aussi être fier d’être maman, future maman, femme de routier, fan de tel club de foot, dépanneur, chômeur, belge et femme de tunisien (ça ne s’invente pas!!) d’avoir des jumeaux, d’aimer l’élevage ovin, de son pc (oui! de son pc!), de son orientation sexuelle, de sa religion, d’une partie de son corps, de sa profession, de sa nationalité ou de ses origines, quels qu’ils soient.

Si je peux comprendre qu’une femme soit fière d’être mère ou future mère, que quelqu’un soit fier de son métier (parce que c’est eux qui l’ont fait ou décidé), j’ai un peu de mal à comprendre la fierté d’une chose dont on n’est en aucun cas responsable.

Je pourrais être fier de mon corps parce que je l’ai modelé; fière de mes bébés parce que je les ai créé (même si la génétique a choisi un peu indépendamment de moi); fier de mes enfants parce que je les ai éduqués et accompagnés jusqu’à leurs succès; fière de mon conjoint parce que je l’ai choisi et j’ai peut-être même contribué à ce qu’il est aujourd’hui… mais en quoi pourrais-je être fier de mes yeux, d’être noir, Polonais ou d’avoir des origines brésiliennes?

En rédigeant cet article, j’ai cherché la définition de la fierté, et j’ai halluciné en voyant à quel point celle de Wikipédia traduisait ma pensée:

« La fierté est un sentiment qui fait suite à un succès après la conduite d’un projet, d’une action, ayant exigé des efforts pour surmonter des difficultés . Ce sentiment est légitimé par trois critères : – l’engagement personnel dans l’action et/ou le projet à mener – la présence d’épreuves à surmonter – le succès. Ce sentiment est confondu à tort avec l’orgueil ou la vanité qui sont des sentiments qui ne reposent sur aucune légitimité autre que celle d’exister. »

C’est vrai qu’elle était la seule; les autres sites étaient moins précis; ils ne parlaient pas du côté « succès après l’effort »… Ceci dit, je ne pense pas qu’elle soit erronée parce qu’elle est seule!

Donc, disais-je… Pour moi, le sentiment de fierté doit découler d’un résultat appréciable dû à un effort. Je suis fière de ma manucure parce que je l’ai fait toute seule… et que je la trouve pas mal! Il ne peut, évidemment, pas y avoir de fierté face à quelque chose que l’on n’apprécie pas!

J’en reviens à cette fierté noire, parce qu’elle est la source de cet article…

Bien que je la trouve ridicule, parce qu’il est clair que personne ne choisit sa couleur de peau (à part peut-être Michael Jackson), je comprends qu’elle existe.

Aux Etats-Unis (et sans doute ailleurs), pendant l’apartheid, le noir était sans cesse exclu et rabaissé. Il fallait se raccrocher à quelque chose et crier à la face du blanc que le noir aussi avait de la valeur, que ce n’était pas une tare d’avoir la peau foncée. Je suis noir et fier de l’être; je n’ai rien à t’envier!! Je comprends tout à fait la pensée. Il fallait se défendre. Mais faudrait-il encore se défendre aujourd’hui? Sommes-nous si peu sûrs de notre valeur pour avoir besoin de se le répéter comme pour essayer de s’en convaincre? Parce que, si aujourd’hui le racisme perdure, le blanc, en grande majorité, accepte et place le noir sur un pied d’égalité avec lui. Donc s’il n’y a plus à se défendre, pourquoi affirmer une fierté insensée?

De la même manière, je crois, un peu par effet de mode, certains clament une fierté d’être des îles, maghrébins ou je ne sais de quelle autre origine, alors qu’ils n’ont, bien souvent, jamais mis les pieds là-bas!……..??? Sois content, à la limite, de ne pas avoir des origines purement françaises, parce que ça te donne un côté exotique, des choses à raconter, des projets de voyage et de rencontre de ta famille,… mais laisse de côté une fierté mal placée!

Parfois, je pense, la fierté annoncée n’en est pas une; c’est juste une maladresse de langage. On veut dire que nous aussi on est bien, qu’on a de la valeur, qu’on n’a rien à envier aux autres. Alors l’effet de mode nous renvoie le mot « fierté », alors qu’on est bien conscient qu’aucun effort n’a été fourni, que ce dont on est « fier » a été donné, et pas acquis… Réaliser qu’il est faux et mal venu de parler de fierté de ce cas, c’est autre chose.

Moi je suis noire et très contente de mon sort. Mais je n’en serai jamais fière! Je n’ai rien fait qui me permette d’en être fière!

Publicités
Catégories : Société | Étiquettes : , , , | Un commentaire

Navigation des articles

Une réflexion sur “Fierté de moi

  1. Je pense qu’il y a effectivement un « abus de langage » dans le terme « fier ». J’ai tendance aussi à dire « je suis Bretonne et j’en suis fière », pourtant je sais bien que le terme est inadéquat. Il s’agit plus de transcrire un amour de ses racines je crois, mais j’ai aussi du mal à comprendre pourquoi le terme « fierté » s’est ainsi répandu.

La parole est à toi !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :